APLSI

L'ASSOCIATION DES PROPRIÉTAIRES DU LAC SEPT-ÎLES

subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
Diagnose | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | ssl | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link
Un quatre-vingt-treizième été au lac Sept-Îles

Pour souligner le 93e été au lac Sept-Îles de Juliette Bourassa, quoi de mieux qu’un tour du lac en ponton ! Parmi les membres les plus âgés de l’Association des propriétaires du lac Sept-Îles (APLSI), elle est probablement l’une des plus actives…

Photo 1Juliette Bourassa, fille de Barthélémy Bourassa et de Vitaline Boivert, est originaire de Saint-Raymond. Son père était propriétaire de Bourassa Industries, une entreprise spécialisée dans le tournage du bois (située à l’emplacement actuel du marché Provigo). Dès 1915, ses parents passent leurs étés au bord du lac Sept-Îles, à la Villa Chez-nous, située tout près de la chapelle. La petite Juliette y séjourne donc dès son premier été, celui de 1918. Pendant toute sa jeunesse, elle profite de l’environnement paisible du lac sur lequel ne circulaient alors que verchères, canots et voiliers, comme on le voit sur la photo prise lorsque Juliette était dans la jeune vingtaine (Photo 1).

Après son mariage, Juliette et son mari, Emmanuel Trépanier, s’installent dans leur petit chalet, nommé Villa Joie, situé près de la décharge. Ils y passeront tous les étés avec leur famille qui s’agrandit d’année en année. À l’été de 1952, Juliette et Emmanuel acquièrent le chalet du notaire Marcel Larue, de Saint-Raymond. À chaque nouvelle saison, ils y séjournent de la St-Jean jusqu’à la Fête du Travail au grand bonheur de leurs 5 enfants, Jean, Hélène, Denys, Geneviève et Paul. Les étés se déroulent joyeusement au rythme des baignades et du ski nautique, quand il fait beau, et des interminables parties de Monopoly, les jours de pluie. Le dimanche, avant le repas du midi où sont souvent réunis parents et amis, Emmanuel s’acquitte de ses responsabilités de trésorier de la chapelle en comptant l’argent récolté lors de la quête à la messe. Il se fait aider de ses enfants les plus vieux pour trier les 5 sous des 10 sous et des 25 sous. Quelle fierté nous éprouvions, les plus jeunes, quand nous étions enfin autorisés à l’aider dans cette tâche!

Les enfants partis de la maison, Juliette et Emmanuel continuent de profiter des étés au lac, bien qu’ils se permettent à l’occasion une petite escapade dans le Maine ou dans une région du Québec qu’ils connaissent moins bien. Ces années seront aussi l’occasion de développer des talents horticoles. Emmanuel ouvrira alors graduellement de nombreuses plates-bandes où il expérimentera la culture d’une grande variété de plantes à fleurs. Chaque visiteur au chalet avait droit, à cette époque, à une visite détaillée de chacun des jardins, guidé par Emmanuel qui n’était pas peu fier de sa propriété. Lorsque sa santé ne lui permettra plus de jardiner, c’est Juliette qui prendra le relais avec autant de bonheur et une pointe de fantaisie, introduisant framboisiers et sarrasin à travers les fleurs.

Cumulant maintenant 93 étés au lac, Juliette y revient à chaque saison avec un plaisir qui ne dément pas. Elle jardine encore un peu, mais, suivant le courant environnemental, elle a confié sa bande riveraine aux bons soins des mythiques, aronias et autres arbustes indigènes que sa fille Geneviève et son gendre Benoît y ont plantés. Ces derniers en profiteront assurément dans le futur. Son autre fille, Hélène, elle-même propriétaire au lac, perpétue la tradition : elle terminera bientôt sa soixantième (et quelques poussières…) saison à son chalet bien entourée de ses enfants et petits-enfants.

N’ayant pas eu l’occasion de circuler sur le lac depuis plusieurs années, un tour de ponton a permis à Juliette de redécouvrir ce plaisir. Malgré le début de la tempête Irène (28 août 2011) qui décoiffait un peu, elle a pu, accompagnée de ses deux filles et de son gendre, apprécier une ballade autour des îles et constater de plus près le développement des récentes années (Photo 2).

 

 

 

 

Le secret de la bonne santé de Juliette Bourassa ? Un peu de bêchage au printemps pour préparer son carré de sarrasin et sa baignade quotidienne dans les eaux revigorantes du lac ! À l’été prochain…

Photos :

1 : Juliette Bourassa, vers l’année 1938, devant le lac Sept-Îles où elle pratique la voile

2 : Juliette Bourassa, le 28 août 2011, souligne son 93e été au lac par un tour de ponton.

Geneviève Trépanier
Septembre 2011

 

 

 

 

À propos de nous | devenir membre | | Pour nous contacter | ©2009 design par Gestion Paraco Inc. ! Mise à jour le 16 septembre 2011 .