RECHERCHE:

RECHERCHE:

Retour

Historique des manchettes sur le sujet 1

AOUT 2017: MOINS DE GAZON, PLUS D'ARBRES ET ARBUSTES, C'EST PROTÉGER NOTRE LAC

Moins de gazon, plus d’arbres et arbustes, c’est protéger notre lac La bande riveraine d’un lac, zone de transition entre le milieu terrestre et le milieu aquatique, c’est important d’en prendre soin car elle est essentielle à maintenir l’écosystème de notre lac. L’aménagement et l’entretien de la bande riveraine sont des stratégies qui permettent d’améliorer la qualité de l’eau. La bande riveraine, lorsqu’elle est d’une largeur suffisante (idéalement jusqu’à 15 mètres), est le dernier filtre dans lequel les eaux issues du ruissellement de surface vont passer avant d’aboutir dans le lac. Ce filtre permet de réduire et, dans certains cas, empêcher plusieurs problèmes. Elle capte les nutriments et les matières organiques avant qu’ils n’atteignent le lac (ce sont ces apports qui causent en grande partie l’eutrophisation anthropique ou le vieillissement prématuré du lac), prévient la présence d’algues bleu-vert en réduisant l’apport en phosphore, protège le lac de contamination par des éléments toxiques et réduit l’érosion des sols. Le maintien d’une bande riveraine adéquate est une des stratégies qui permettent d’améliorer la qualité de l’eau et les habitats fauniques dans le lac. Pour plus d’informations :
cliquez ici


AVRIL 2017: Au lac, herbicides et engrais sont interdits

Il est bien reconnu maintenant que l’épandage d’engrais ou d’herbicides chimiques, plus particulièrement utilisés pour l’entretien des pelouses, constitue une nuisance lorsque fait à l’intérieur d’une bande de terrain de cent mètres de la limite des hautes eaux d’un lac. Les apports en matières nutritives de ces engrais, comme le phosphore et l’azote, sont nocifs pour l’écosystème et responsables de l’eutrophisation accélérée du lac. Soyons vigilants pour conserver notre lac et cessons l’utilisation d’engrais ou d’herbicides chimiques sur nos propriétés.


JANVIER 2017-LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES SUR LES ÎLES : UNE EXPÉRIMENTATION CONCLUANTE

ARTICLE PARU DANS L’Alouette 2011
Par : André Martin
Depuis l’hiver 2007, il est possible de faire vidanger par une firme spécialisée sa fosse septique située sur les îles du lac Sept-Îles ou à d’autres endroits inaccessibles pour les équipements conventionnels. Il était évident au point de départ qu’il fallait innover en ce domaine compte tenu de la problématique d’accès à de telles installations septiques. Après cinq ans de rodage de la procédure développée en étroite collaboration avec la firme « Gestion sanitaire Portneuf » et plus d’une vingtaine de vidanges effectuées, il est désormais possible d’affirmer que l’expérience est concluante : on peut faire vidanger par une firme spécialisée sa fosse septique sur les îles tout aussi efficacement que pour les résidences situées sur la rive du lac.

LA PROCÉDURE SUIVIE
C’est au mois de mars que se fait la vidange. Cette période est la plus propice à cause des conditions de la glace sur le lac, des conditions atmosphériques plus clémentes et parce qu’elle se situe avant la période de dégel décrétée par le Ministère des Transport, évitant au transporteur, la limite de poids qui exigerait plusieurs voyages supplémentaires.
Avant la vidange, le propriétaire doit dégager les bouchons d’accès à la fosse. La manœuvre est facilitée si les bouchons d’accès sont munis de cheminées qui placent l’accès au niveau du sol, évitant le creusage de la terre gelée. Il ne reste à ce moment qu’à dégager les cheminées de la neige. Le propriétaire doit aussi préparer et localiser une piste d’environ 2 mètres de large qui part du lac et se rend le plus près possible de la fosse septique. Il suffit de circuler en motoneige quelques fois sur la largeur voulue de la piste. Quelques nuits de grand froid assureront alors la dureté voulue pour le passage sécuritaire des équipements.
Le reste du travail est l’affaire de la firme spécialisée. Toutefois, la présence du propriétaire ou son représentant peut aider à faciliter la tâche. Un traîneau sur lequel sont placés un réservoir et la pompe est remorqué par une motoneige. Une fois le réservoir rempli, il est transporté jusqu’au camion stationné sur le bord de la rive. Trois voyages sont habituellement nécessaires pour vider complètement la fosse septique. Le tout se fait de façon générale en une heure.

UNE EXPÉRIMENTATION CONCLUANTE POUR L'AVENIR
Tel que précisé dans un autre article de l'Alouette 2011, c’est la Régie régionale des matières résiduelles de Portneuf qui se chargera, dès 2012, de la vidange des fosses septiques selon la fréquence prévue au Règlement provincial sur l’évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées (RRQ, Q-2, r.8).
Compte tenu du succès de l’expérimentation menée par l’APLSI, il est à prévoir que la Régie s’en inspirera pour procéder à l’avenir, à la vidange des fosses septiques sur les îles du Lac Sept-Îles ou aux endroits inaccessibles pour les équipements conventionnels.
MON LAC SEPT-ÎLES, J'EN PRENDS SOIN!


SEPTEMBRE 2016-PLAN DIRECTEUR DE L'EAU DU SECTEUR PORTNEUF

Dans la foulée de l’adoption par le Gouvernement du Québec de la Politique Nationale de l’Eau en 2002 et de la Loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau et visant à renforcer leur protection (Loi sur l’eau), quarante organismes de bassin versant (OBV) se sont vus attribuer le mandat d’effectuer la gestion intégrée de l’eau par bassin versant.
Dans le cadre de ce mandat, les OBV doivent produire un Plan Directeur de l’Eau (PDE), lequel se veut un outil de travail qui rassemble des informations concernant l’eau, l’environnement et le territoire du bassin afin de mieux le connaître pour être en mesure de cibler les problématiques liées à ces domaines, incluant les conflits d’usage, et d’établir un plan de match pour améliorer la situation.
Le lac Sept-Îles se situe à la tête de la rivière Portneuf. La Corporation d’Aménagement et de Protection de la rivière Ste-Anne (CAPSA), qui œuvrait initialement exclusivement sur la rivière Ste-Anne, s’est vue attribuer les secteurs des rivières Portneuf et de la Chevrotière.
En 2014, la CAPSA a produit le PDE de la rivière Portneuf. Il a été adopté par le ministre de l’Environnement du Québec le 26 avril 2016. Ce document, très volumineux, contient une foule de renseignements intéressants sur différents aspects du bassin versant de la rivière Portneuf dont plusieurs portent sur le lac Sept-Îles.
Mentionnons notamment la fiche 1.5 sur l’hydrologie et le réseau hydraulique (pages 288 à 314) de même que les sections A (qualité de l’eau) et E (usages de l’eau) du chapitre intitulé Diagnostic du territoire (respectivement pages 382 à 401 et 436 à 441).
Espérant que ces informations sauront vous intéresser, nous vous souhaitons une bonne lecture!

Le Comité Environnement de l’APLSI

Pour avoir accès au Plan directeur de l'eau, cliquez ICI



SEPTEMBRE 2017: MA BANDE RIVERAINE, J'EN PRENDS SOIN

Voilà un message que beaucoup de propriétaires du lac ont compris. En effet à la suite du nouveau règlement de la Municipalité (499-12) portant sur l’obligation de renaturaliser sa bande riveraine au lac Sept-îles, en date du 27 août 2015, 87% des propriétaires autour du lac ont obtenu leur conformité. À noter qu’en 2013, il n’y avait que 46% des riverains qui étaient conformes. Bravo à tous les riverains qui ont compris l’importance de protéger notre lac.
L’objectif du règlement est de protéger et d’améliorer la bande riveraine qui protège l’écosystème de notre lac. Une bande riveraine en santé capte le phosphore, l’azote et les polluants, réduit l’érosion occasionnée par les vagues en stabilisant la rive par l’enracinement des arbres et des arbustes, prévient l’envasement du lac, réduit les algues et les plantes aquatiques envahissantes et conserve une eau claire, froide et oxygénée, bénéfique à la faune aquatique.
Lorsque nous travaillons à renaturaliser notre bande riveraine, nous travaillons pour la santé de notre lac et pour la protection de la valeur de nos propriétés. Avis à ceux qui ne sont pas encore passé à l’action et qui ne sont pas conformes, car la municipalité prévoit mettre aux amendes les contrevenants.
Aménager sa rive, c’est investir chez soi.
MA BANDE RIVERAINE, J'EN PRENDS SOIN


JUILLET 2016-LA RENOUÉE DU JAPON: UNE ESPÈCE ENVAHISSANTE

La Renouée du Japon pousse abondamment au lac Sept-Îles. Cette espèce introduite en Amérique comme plante d’ornementation envahit très rapidement les terrains et s’installe au détriment des espèces indigènes.
Il faut couper les tiges dès qu'on les voit apparaître, les mettre dans un sac de poubelle puis dans le bac à vidanges (pas celui à compost).

UN PEU DE CIVISME, SVP!
Lorsque vous couperez les tiges de renouée, NE LES TIREZ PAS SUR LA PROPRIÉTÉ DE VOS VOISINS OU DANS LES FOSSÉS SUR LE BORD DU CHEMIN.

Voyez comment reconnaître la plante et vous en débarrasser ou, à tout le moins, la contrôler sur votre propriété,ICI


AVRIL 2016-NOUVELLE RÈGLEMENTATION AUX LACS SEPT-ÎLES ET DES AULNAIES

La ville de Saint-Raymond a adopté, en avril 2016 de nouvelles normes au Règlement de zonage concernant les dispositions particulières applicables aux zones situées à proximité des lacs Sept-Îles et des Aulnaies. Nous vous résumons ici les principaux points.
La bande riveraine est maintenant établie à 15 mètres, sans égard à la pente du terrain (anciennement 10 mètres avec pente de moins de 30%). Cette nouvelle règle implique pour le propriétaire qu’il doit maintenir en bon état la végétation comprise à l’intérieur de la bande de protection riveraine. À cette fin, tout arbuste ou arbre endommagé, malade ou mort, doit être remplacé par un autre de même qualité.
Sur les terrains non aménagés, la bande riveraine doit demeurer à l’état naturel.
Sur les terrains déjà aménagés, aucune intervention de contrôle de la végétation, coupe du gazon ou débroussaillage, n’est autorisée sur une profondeur de 5 mètres (7,5 mètres si talus avec inclinaison supérieure à 30%) mesurés à partir de la ligne des hautes eaux.
De manière générale, les terrains doivent être aménagés de façon à réduire les surfaces imperméables. Aucune portion de terrain située en cour arrière ne peut être recouverte d’asphalte, de béton, de pavés unis ou de tout autre matériel imperméable, à l’exception d’une seule superficie maximale de 20 mètres carrés située à l’extérieur de la bande riveraine de 15 mètres.
La tonte de la végétation aux abords des fossés, de même que sur une profondeur de 2 mètres vers l’intérieur des terrains, est maintenant prohibée.
Sur tout terrain, un minimum de 40% de la superficie du terrain doit être conservé sous couvert forestier, sans pour autant que le déboisement total excède une superficie de 750 mètres carrés (la disposition la plus sévère s’applique). Un plan de déboisement doit être soumis au Service d’urbanisme et tous les arbres à couper doivent être identifiés sur le terrain préalablement à l’émission du certificat d’autorisation émis par la Ville.
Pour lire le règlement intégral, cliquez sur la photo.



SEPTEMBRE 2015: MA BANDE RIVERAINE, J'EN PRENDS SOIN

Voilà un message que beaucoup de propriétaires du lac ont compris. En effet à la suite du nouveau règlement de la Municipalité (499-12) portant sur l’obligation de renaturaliser sa bande riveraine au lac Sept-îles, en date du 27 août 2015, 87% des propriétaires autour du lac ont obtenu leur conformité. À noter qu’en 2013, il n’y avait que 46% des riverains qui étaient conformes. Bravo à tous les riverains qui ont compris l’importance de protéger notre lac.
L’objectif du règlement est de protéger et d’améliorer la bande riveraine qui protège l’écosystème de notre lac. Une bande riveraine en santé capte le phosphore, l’azote et les polluants, réduit l’érosion occasionnée par les vagues en stabilisant la rive par l’enracinement des arbres et des arbustes, prévient l’envasement du lac, réduit les algues et les plantes aquatiques envahissantes et conserve une eau claire, froide et oxygénée, bénéfique à la faune aquatique.
Lorsque nous travaillons à renaturaliser notre bande riveraine, nous travaillons pour la santé de notre lac et pour la protection de la valeur de nos propriétés. Avis à ceux qui ne sont pas encore passé à l’action et qui ne sont pas conformes, car la municipalité prévoit mettre aux amendes les contrevenants.
Aménager sa rive, c’est investir chez soi.
MA BANDE RIVERAINE, J'EN PRENDS SOIN


AOUT 2015: MOINS DE GAZON, PLUS D'ARBRES ET ARBUSTES, C'EST PROTÉGER NOTRE LAC

Moins de gazon, plus d’arbres et arbustes, c’est protéger notre lac La bande riveraine d’un lac, zone de transition entre le milieu terrestre et le milieu aquatique, c’est important d’en prendre soin car elle est essentielle à maintenir l’écosystème de notre lac. L’aménagement et l’entretien de la bande riveraine sont des stratégies qui permettent d’améliorer la qualité de l’eau. La bande riveraine, lorsqu’elle est d’une largeur suffisante (idéalement jusqu’à 15 mètres), est le dernier filtre dans lequel les eaux issues du ruissellement de surface vont passer avant d’aboutir dans le lac. Ce filtre permet de réduire et, dans certains cas, empêcher plusieurs problèmes. Elle capte les nutriments et les matières organiques avant qu’ils n’atteignent le lac (ce sont ces apports qui causent en grande partie l’eutrophisation anthropique ou le vieillissement prématuré du lac), prévient la présence d’algues bleu-vert en réduisant l’apport en phosphore, protège le lac de contamination par des éléments toxiques et réduit l’érosion des sols. Le maintien d’une bande riveraine adéquate est une des stratégies qui permettent d’améliorer la qualité de l’eau et les habitats fauniques dans le lac. Pour plus d’informations :
cliquez ici


MAI 2015-BON TEMPS POUR DÉTRUIRE LE LAMIER JAUNE

Cette plante envahissante est plus facile à arracher au printemps; le sol plus humide retient moins les racines. De plus, la plante est plus facile à identifier puisque les autres types de plantes n'ont pas encore poussé (le lamier garde son feuillage durant l'hiver). Autre truc: poser une toile opaque par dessus le lamier, le coupant ainsi de lumière et d'eau. La toile doit être maintenue pendant environ trois ans.
Pour d'autres informations, cliquez sur le titre




AVRIL 2015: Au lac, herbicides et engrais sont interdits

Il est bien reconnu maintenant que l’épandage d’engrais ou d’herbicides chimiques, plus particulièrement utilisés pour l’entretien des pelouses, constitue une nuisance lorsque fait à l’intérieur d’une bande de terrain de cent mètres de la limite des hautes eaux d’un lac. Les apports en matières nutritives de ces engrais, comme le phosphore et l’azote, sont nocifs pour l’écosystème et responsables de l’eutrophisation accélérée du lac. Soyons vigilants pour conserver notre lac et cessons l’utilisation d’engrais ou d’herbicides chimiques sur nos propriétés.


MARS 2015: REBOISER, C’EST PROTÉGER NOTRE LAC

Voilà un message que beaucoup de propriétaires du lac ont compris. En effet depuis le nouveau règlement 499-12 portant sur l’obligation de renaturaliser sa bande riveraine au lac Sept-îles, règlement en vigueur depuis le 30 septembre 2014, près de 86% des propriétaires autour du lac ont obtenu ou sont sur le point d’obtenir leur conformité. En effet, en date du 28 octobre 2014, 224 propriétés sont conformes et 56 propriétés le sont à plus de 75%. Bravo à tous les riverains qui ont compris l’importance de protéger notre lac. L’objectif du règlement est de protéger et d’améliorer la bande riveraine qui protège l’écosystème de notre lac. Une bande riveraine en santé capte le phosphore, l’azote et les polluants, réduit l’érosion occasionnée par les vagues en stabilisant la rive par l’enracinement des arbres et des arbustes, prévient l’envasement du lac, réduit les algues et les plantes aquatiques envahissantes et conserve une eau claire, froide et oxygénée, bénéfique à la faune aquatique. Lorsque nous travaillons à renaturaliser notre bande riveraine, nous travaillons pour la santé de notre lac et pour la protection de la valeur de nos propriétés. Avis à ceux qui ne sont pas encore passé à l’action et qui ne sont pas conformes, car la municipalité prévoit mettre aux amendes les contrevenants. Aménager sa rive, c’est investir chez soi. REBOISER, C’EST PROTÉGER NOTRE LAC.


FÉVRIER 2015: PROTÉGER NOTRE LAC, OUI NOUS LE VOULONS

Protéger notre lac, oui, nous le voulons. Que ce soit en hiver, au printemps, en été ou en automne, le lac est toujours vivant et se doit d’être protégé. Que pouvons-nous faire, comme citoyen pour protéger notre lac? Eh oui, une question qui mérite quelques exemples. Un petit geste, ajouté à un autre petit geste, et voilà, c’est ce qui fait toute la différence. L’HIVER, avez-vous pensé que tout ce qui se ramasse sur la glace aboutit dans l’eau au printemps? Donc, je rapporte chez moi mes déchets lorsque je me promène en raquettes, en ski de fond, en patin ou en motoneige; j’évite de faire des feux de bois directement sur la glace; en faisant le plein de ma motoneige, j’évite d’en renverser. Voilà quelques exemples pour illustrer ce que je peux faire pour protéger notre lac. Le PRINTEMPS, c’est la fonte des neiges et le lac se remplit d’eau. Le bassin versant est sa source d’approvisionnement. Donc, tout ce qui est dirigé dans les ruisseaux va aller dans le lac au printemps. Soyons vigilant, et pensons à notre lac. N’oublions pas que les fertilisants sur nos pelouses ruissellent jusque dans notre lac, ce qui est très nocif, donc à proscrire. L’ÉTÉ, c’est la plus belle saison. Les sports nautiques sont à l’honneur. Les utiliser intelligemment protège notre lac. Éviter les zones peu profondes, surtout à grande vitesse, empêche de remettre en recirculation les sédiments déposés au fond du lac et évite de briser les algues et autres plantes. Moins de vagues sur le rivage protègent aussi la rive d’une trop grande érosion. L’AUTOMNE, notre lac se prépare à faire face à l’hiver. Pour protéger notre lac, oui, j’ai fait vérifier mon installation septique. Les produits avec phosphate, je ne les utilise plus afin de ne pas contaminer le lac. Avant l’hiver, j’en profite pour améliorer ma bande riveraine en faisant des plantations d’arbustes et d’arbres pour éviter l’érosion. Voilà, protéger notre lac, oui, je le veux. Par ces petits gestes, et bien d’autres, je contribue à protéger notre lac tout en investissant dans mon patrimoine. Protéger notre lac, oui, nous le voulons.


OCTOBRE 2014: AU LAC, AGISSONS ENSEMBLE POUR UN ENVIRONNEMENT DURABLE

Quel beau lac, nous avons! Eh oui, cet environnement exceptionnel, il est à nous, chaque propriétaire. Nous avons la responsabilité de le conserver et d’en prendre soin. Comme le dit si bien notre nouveau président, M Marius St-Pierre (voir message du président), c'est ensemble que nous allons réussir à préserver ce milieu enchanteur qui est notre beau lac Sept-Îles. Les tâches à accomplir sont multiples et notre succès dépendra de notre capacité à travailler en équipe. À sa façon, chacun peut s'investir dans ce mandat. Pour certains, ce sera d'aménager sa bande riveraine, d'utiliser le plan d'eau de façon responsable, de voir à maintenir une installation septique conforme et performante; pour d'autres, ce sera en plus de s'investir comme bénévole dans votre association, l’APLSI.


Le film 'Réflexions' est sur le web

Le film 'Réflexions', distribué à tous les résidents sur DVD, est maintenant disponible pour visionnement sur le web. Découvrez les changements importants qui s'opèrent actuellement sous la surface de notre plan d'eau, ce en raison de la pression croissante de nos activités humaines, ainsi que des actions suggérées et entreprises par l'APLSI pour ralentir le vieillissement. Un clic sur le titre pour voir le film


NOUVEAU RÈGLEMENT MUNICIPAL SUR LA RENATURALISATION DE LA BANDE RIVERAINE (26 mai 2012)

Les autorités de la ville ont déposé le projet de règlement 499-12 portant sur la renaturalisation de la bande riveraine au lac Sept-Îles. Pour plus d'information:
Visitez ce lien Avis pour accéder à la lettre d’invitation.
Et ce lien Règlement pour prendre connaissance du projet de règlement de la Ville.


LA RENATURALISATION DE NOS RIVES : UN SUCCÈS COLLECTIF GRÂCE À L’ « OPÉRATION BELLES RIVES 2010-20

Un objectif non seulement atteint mais largement dépassé
Au terme de l’Opération Belles Rives 2010-2011, on ne peut que se réjouir du succès qu’elle a remporté; l’objectif de 189 propriétés riveraines à renaturaliser a été largement dépassé.....suite


L’APLSI parmi les trois finalistes au Gala MISEZ EAU

Nous venons d’apprendre que l’APLSI se retrouve parmi les trois finalistes pour l’obtention du prix reconnaissance de la catégorie « Communautaire/associations de lacs et rivières » du premier Gala québécois Misez EAU. Le Gala Misez EAU organisé par le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ), dont la CAPSA est membre offre une reconnaissance aux entreprises, municipalités, communautés autochtones et organismes qui se sont illustrés pour leur réalisation particulière dans la gestion et la gouvernance de l'eau par bassin versant. C’EST UN ÉVÉNEMENT À SUIVRE


Un document vidéo vous explique l’Opération Belles Rives

Les responsables vous expliquent pourquoi renaturaliser les rives et les objectifs de l’opération Belles Rives. Vous y trouverez aussi des images de la distribution des plants du 18 juin 2011. Pour voir le vidéo.


Deux priorités en environnement pour l’été 2011

Sous le thème « Mon lac Sept-Îles…j’en prends soin »… sur l’eau comme sur la rive » deux priorités seront poursuivies à l’été 2011 : la sensibilisation des conducteurs d’embarcation aux comportements à adopter pour sauvegarder la qualité de l’eau et la poursuite de l’Opération Belles Rives.


OPÉRATION BELLES RIVES Rencontre d'information et distribution de plants

Pour les résidants qui se sont inscrits en 2010 et qui ont réservé des plants pour le printemps 2011, il y aura: RÉUNION D'INFORMATION le samedi 11 juin à 10h au Club nautique. LIVRAISON DES PLANTS le samedi 18 juin entre 8h et 14h au Club nautique