Message du responsable du comité

L’association des propriétaires du lac Sept-Ïles (APLSI) est dédiée au mieux-être des résidents du lac Sept-Îles et vise le resserrement des liens autour de notre lieu d’intérêt et de préoccupation commun : le lac.

L’année 2018 est le dixième anniversaire de la diagnose du lac réalisée en 2008 par la CAPSA. Quel est le bilan de santé de notre lac en 2018? Pour y répondre, le comité d'environnement propose une étude scientifique en se basant sur les recherche du MILQ (Méthode pour évaluer l'intégrité écologique des Lacs tempérés du Québec).Cette étude basée sur l'identification des diatomées dans les sédiments du lac permettra de nous donner un bilan de santé du lac et de voir le dégré de rétablissement de celui-ci depuis les 10 dernières années. Nous travaillons actuellement à trouver un financement pour réaliser cette étude. Avis aux membres : si vous connaissez un programme gouvernemental ou d’autres avenues pour financer une telle étude, contacter l’APLSI.


De plus, les priorités des membres du comité de l’environnement de l’APLSI pour l’année 2018-2019 sont :

1-Suivi de la mise aux normes des installations septiques à la suite du relevé sanitaire fait par la Ville en 2015.
2-Suivi du programme de prise en charge par la RGMRP de la vidange des fosses septiques sur les îles. Selon nos informations, un appel d’offre va être fait par la Régie à l'automne 2018 pour une prise en charge dès l'été 2019.
3-Prévenir l'apparition de la Myriophille à Épi.
4-Bassins de rétention des eaux de ruissellement associés aux fossés routiers et aux tributaires du lac.
5-Poursuivre les rencontres avec la Ville afin d'obtenir du Fédéral une restriction à la navigation en vue de limiter la vitesse des embarcations dans les zones sensibles du lac. Dans l'attente d’une telle réglementation de la navigation sur notre plan d'eau, nous vous rappelons l'importance de circuler à VITESSE MINIMALE dans les zones sensibles du lac et de respecter le message PAS DE VAGUES qui est inscrit sur les bouées.
6-Explorer les avenues pour augmenter l'utilisation du lac par des embarcations non motorisées (canot, voilier, kayak, paddleboard...)
7-Poursuivre la sensibilisation auprès des propriétaires du lac pour qu'ils augmentent à 10 mètres la renaturalisation de leur bande riveraine.
8-Poursuivre la recherche de solutions afin de réduire les conséquences (vagues, bruit, risque d'accident...) liées au nombre élevé d'embarcations motorisées sur le lac.
9-Suivi de l’état du lac. Cumuler les données pour maintenir à jour le bilan de santé du lac (profils d’oxygène et de température, transparence de l’eau, etc.) et les communiquer aux résidents.

Un des objectifs de l'APLSI est de regrouper les résidents pour mieux communiquer ensemble. Que ce soit pour partager des avis ou toute autre information, nous vous encourageons fortement à interagir avec nous en utilisant l'adresse courriel qui apparaît ci-dessous.

Je vous invite également à consulter les liens suivants:

- Plan directeur de l'eau de la CAPSA- Secteur Portneuf

-
Les enjeux

- le film « Réflexions»

- La diagnose de 2008

- Réseau de surveillance volontaire des lacs

Pierre Gourdeau
Responsable du comité environnement
Courriel : environnement@aplsi.com

Membres du comité : Alain Bardenet, Claire Lessard, Georges Paradis, Marcel Paré, Marc Rondeau, Luc Proulx, Louis Ampleman

Le thème du mois en environnement:
EN BATEAU, EN LIMITANT LES VAGUES, JE DIMINUE L'ÉROSION

Quoi de neuf en environnement?

LE NAUTISME: PLAISANCE OU DÉPLAISANCE ?

Pourquoi se préoccuper du nautisme sur notre lac?
Voici la définition du mot "nautisme" dans le petit Larousse: "Ensemble des activités sportives pratiquées sur l'eau, en particulier la navigation de plaisance".
Partout au Québec, on se pose la question, année après année, sans que rien ne bouge. Voici un court texte tiré du rapport du COMITÉ DE CONSULTATION SUR LA SÉCURITÉ NAUTIQUE ET LA QUALITÉ DE VIE SUR LES LACS ET COURS D’EAU DU QUÉBEC publié en 1999.
"La pratique des sports nautiques connaît, depuis quelques années, une recrudescence au Québec. En effet, les plaisirs du nautisme attirent de plus en plus d’adeptes et ce phénomène a eu pour effet d’accroître le nombre de bateaux sur les lacs et cours d’eau et, par le fait même, d’augmenter les problèmes reliés à la sécurité et à la qualité de vie des citoyens. En plus des noyades et des autres accidents mortels survenus sur les lacs et cours d’eau lors des dernières années, la pratique de nouveaux sports nautiques, l’apparition d’embarcations à haute vitesse et l’achalandage toujours grandissant soulèvent certaines questions."
En 2019, 20 ans plus tard, on jase toujours sans que ça bouge, notamment en raison de la compétence exclusive du fédérale sur la navigation et l'absence de volonté politique d'agir sur le problème.
Un lac est un vase clos. En l’absence de règles et de balises, de limites, de secteurs interdits, les plaisanciers sont laissés à eux-mêmes et c’est chacun pour soi. Que ce soit par ignorance ou par insouciance, les plaisanciers, dans la situation actuelle, mettent la santé du lac en jeu et mettent régulièrement leur propre sécurité et celle des autres en péril.
Personne ne songerait à laisser le réseau routier au bon plaisir des automobilistes, sans règles, ni limites pour ne se fier qu’à leur éventuelle courtoisie. Pourquoi faut-il qu’il en soit ainsi sur les lacs ?
Certains pensent qu'il faut se préoccuper du nautisme sur notre lac pour plusieurs raisons. Il faut agir pour des raisons écologiques, des raisons de santé publique, des raisons de sécurité, des raisons d’accès public, des raisons économiques et des raisons de qualité de vie.

Pour connaître les explications des différentes raisons, je vous invite à lire cet article "Plaisance ou Déplaisance, inverser le courant", 2016 d'un regroupement d'Associations de lac, de l'Estrie EN CLIQUANT SUR LA PHOTO.

Bonne lecture !


AMÉNAGEMENT DES FOSSÉS ET TRIBUTAIRES DU LAC

Octobre 2018, et voilà, c’est parti! La ville de St-Raymond a débuté ses travaux de réaménagement des fossés et tributaires tout autour du lac Sept-Îles.
Le programme triennal de réaménagement des fossés problématiques autour du lac a été mis en place par la Ville, à la suite d’une demande de l’APLSI, en collaboration avec la CAPSA.
L’objectif du programme est de réduire l’apport de sédiments dans le lac et de ralentir l’écoulement de l’eau dans les fossés, ce qui est bénéfique pour la santé de notre lac. L’installation de bassins de rétention et de puisards pour capter les sédiments a été privilégiée par la Ville.
Les travaux ont débuté dans le secteur sud-ouest du lac, sur le chemin du lac Sept-Îles, pas très loin de la baie Vachon. Ce programme de réaménagement des fossés devrait se poursuivre sur une période de trois ans.


JUILLET 2019: EN BATEAU, EN LIMITANT LES VAGUES, JE DIMINUE L'ÉROSION

L’érosion des rives est un processus qui se produit le long de tous les cours d’eau. Les causes naturelles sont multiples (vagues dues au vent, niveaux d’eau, glaces, pente de la rive, absence de végétation), auxquelles s’ajoutent les impacts humains(déboisement des rives, batillage des embarcations). Le batillage est le battement des vagues contre les rives produit par le remous des embarcations à moteur. Les conséquences de l’érosion sur le milieu aquatique sont nombreuses : destruction d’habitats, augmentation de la turbidité de l’eau et de la sédimentation, libération d’éléments nutritifs (phosphore et azote) qui favorisent la prolifération des algues. L’intégrité des terres et la valeur des propriétés riveraines peuvent aussi être affectées négativement par l’érosion. La hauteur de la vague générée par les embarcations est causée par différents facteurs notamment, la vitesse, la distance de la rive, la profondeur de l’eau, la taille de l’embarcation, la forme de la coque et la distribution du poids à l’intérieur de l’embarcation.

La hauteur de la vague est un des éléments les plus importants dans l’érosion des rives. Des observations du Department of Natural Resources du Minnesota ont montré qu’une vague d’une hauteur de 12,5 cm (hauteur de la pochette d’un disque compact) ne causait pas de dommages significatifs sur les rives. La vitesse qui produit cette hauteur de vague, généralement inférieure à 10 km/h, est considérée comme raisonnable à proximité des rives sensibles. Lorsque la hauteur de vague s’élève à 25 cm, l’effet destructif est cinq fois plus important, et celui-ci augmente à 30 fois lorsque la hauteur atteint 62,5 cm. À titre d’illustration, une petite embarcation motorisée produit une vague d’une hauteur de 25 cm lorsqu’elle atteint sa vitesse de planage. En bateau, en surveillant le batillage produit par mon embarcation, je peux réduire les effets sur les rives sensibles, particulièrement lorsque je navigue à proximité de celles-ci.


UNE VIDEO VAUT MILLE MOTS

Voyez la vidéo « Sauvons les lacs du Québec », produite pour l’Alliance pour un programme national de gestion du myriophylle.
La vidéo est un outil de sensibilisation aux risques que pose le myriophylle. Elle s’inscrit dans la suite de la campagne pour obtenir du Gouvernement du Québec la mise en place d’une stratégie concertée au niveau provincial pour prévenir la dissémination du myriophylle dans les lacs et cours d’eau non atteints, soutenir la recherche fondamentale et expérimentale et appuyer les régions aux prises avec le problème.
L’APLSI appuie les actions de l’Alliance mais il en va de chacun de nous d’être à l’affut pour éviter l’introduction du myriophylle au lac Sept-Îles.
Partagez la vidéo !

Pour voir la video,
CLIQUEZ ICI


VOUS VOYAGEZ DE LAC EN LAC ?

Si vous voyagez d'un lac à l'autre, soyez à l'affut!
Il se pourrait que vous ayez circulé sur un lac où le Myriophylle à épi est présent. Avant de remettre votre bateau à l'eau au lac Sept-Îles, vérifiez la présence de débris végétaux sur l'embarcation et la remorque et enlevez-les.
Pour voir la liste des lacs infestés par le Myriophylle:
CLIQUEZ ICI

Pour en savoir plus, visitez le site SENTINELLE du ministère de l'Environnement et de la lutte aux changements climatiques,
CLIQUEZ LÀ


NAVIGATION DES BATEAUX WAKEBOARD ET WAKESURF

RÉSULTATS D’ÉTUDES CONCERNANT LA NAVIGATION DES BATEAUX « WAKEBOARD et WAKESURF ».

La navigation de plaisance sur les lacs du Québec est en perpétuelle augmentation. Les pratiques de navigation se diversifient (« wakesurf », « wakeboard ») et la puissance des moteurs des embarcations ne cessent de croître.
Plusieurs études se sont penchées sur ces pratiques et on en tire les conclusions suivantes.
Ces pratiques ont un impact non négligeable sur la colonne d’eau et augmenteraient la turbidité de l’eau, la concentration en phosphore total et orthophosphate, l’oxygène dissous près du fond et par conséquent, le potentiel d’oxydoréduction, et réduiraient ainsi la consolidation des sédiments. Le relargage de phosphore total et surtout d’orthophosphate peut être un facteur dans le vieillissement prématuré des lacs (eutrophisation). Cette augmentation de phosphore dans la colonne d’eau peut également favoriser le développement de cyanobactéries, un problème majeur que l’on peut observer dans de nombreux lacs québécois.
Ainsi, pour une navigation responsable et durable, il est nécessaire de prévenir l’impact des bateaux sur l’érosion des berges, sur la remise en suspension des sédiments, et donc la mise en disponibilité du phosphore dans la colonne d’eau. Il faut donc préconiser la pratique du « wakesurf /wakeboard » (avec des bateaux équipés d’un moteur de 350ch) dans des zones d’au moins 600m de largeur et d’au moins 5m de profondeur. Si une de ces conditions n’est pas respectée, il faut alors limiter/encadrer ces pratiques sportives puisqu’elles ont un impact majeur sur l’environnement.
D’autres pratiques de navigation de plaisance sont également à surveiller en préconisant des vitesses ne dépassant pas 5km/h dans les zones inférieures à 2 m de profondeur et 10 km/h dans les zones de 2 à 5 m.


LE MYRIOPHYLLE À ÉPI,
çà vous dit quelque chose ?

Prévenir l’introduction et la propagation du myriophylle à épi est le meilleur moyen de lutter contre cette espèce envahissante dans les lacs et cours d’eau. Une fois l’espèce introduite, il peut être difficile et coûteux de la contrôler.
Des gestes simples, mais efficaces, peuvent faire une différence pour protéger notre plan d’eau : inspectez, nettoyez, éliminez et répétez ces opérations!

Pour voir la vidéo sur les espèces envahissantes:CLIQUEZ ICI

Pour en savoir plus sur les bonnes pratiques:
CLIQUEZ LÀ