Message du responsable du comité

L’association des propriétaires du lac Sept-Ïles (APLSI) est dédiée au mieux-être des résidents du lac Sept-Îles et vise le resserrement des liens autour de notre lieu d’intérêt et de préoccupation commun : le lac.

Vous êtes-vous déjà posé la question : pourquoi l’environnement est important chez nous et partout sur la planète? Protéger l'environnement, c'est préserver la survie et l'avenir de l'humanité. L'environnement est notre source de nourriture et d'eau potable. L'air est notre source d'oxygène. Préserver l'environnement est donc une question de survie pour nous et les générations futures. Chez nous, l’environnement c’est principalement protéger notre lac et l’aider à bien vieillir pour nous permettre d’en profiter encore longtemps.
Encore cette année, plusieurs dossiers retiennent notre attention. La priorité pour l’année prochaine sera de réaliser une étude scientifique en se basant sur les recherches du MILQ (Méthode pour évaluer l'intégrité écologique des Lacs tempérés du Québec). Cette étude, basée sur l'identification des diatomées dans les sédiments du lac, permettra de nous donner un bilan de santé du lac et de voir le degré de rétablissement de celui-ci depuis les 10 dernières années.

De plus, les priorités du comité de l’environnement de l’APLSI pour l’année 2019-2020 sont :

1-Mise en œuvre des actions préventives pour prévenir l'apparition de la Myriophille à Épi.
2-Rédiger et appliquer un programme de sensibilisation aux bonnes pratiques en lien avec la problématique du nombre élevé d'embarcations motorisées sur le lac.
3-Documenter les actions à prendre pour bonifier l’offre de pêche aux résidents du lac 7 îles.
4-Analyser l’érosion des rives du lac par l’effet des vagues induites par le passage des embarcations motorisées.
5-Suivre le dossier du projet de lotissement de la Baie Vachon.
6-Suivre le dossier de la mise aux normes des installations septiques au lac 7 îles.
7-Suivre le dossier de l’amélioration des fossés et tributaires autour du lac.
8-Suivre le dossier de la vidange des fosses septiques sur les iles.
9-Cumuler les données pour garder à jour le bilan de santé du lac (profils d’oxygène et de température, transparence de l’eau, etc.) et les communiquer aux résidents.

Que ce soit pour partager des avis ou toute autre information, nous vous encourageons fortement à interagir avec nous en utilisant l'adresse courriel qui apparaît ci-dessous.

Je vous invite également à consulter les liens suivants:

- Plan directeur de l'eau de la CAPSA- Secteur Portneuf

-
Les enjeux

- le film « Réflexions»

- La diagnose de 2008

- Réseau de surveillance volontaire des lacs

Pierre Gourdeau
Responsable du comité environnement
Courriel : environnement@aplsi.com

Membres du comité : Louis Ampleman, Alain Bardenet, Pierre Gourdeau, Claire Lessard, Georges Paradis, Marcel Paré, Marc Rondeau, Luc Proulx,

Le thème du mois en environnement:
MA BANDE RIVERAINE, J'EN PRENDS SOIN !

Quoi de neuf en environnement?

PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES

ATELIER-PRATIQUE DE DÉTECTION DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES EN MILIEUX HUMIDES ET RIVERAINS (ATELIER B)
La CAPSA vous présente de nouveaux ateliers portants sur les plantes exotiques envahissantes de nos milieux humides et riverains (Atelier B), qui seront offerts les 24 et 27 septembre prochain.
Que vous soyez employé municipal, gestionnaire de territoire, représentant d’association de lac ou simple citoyen, si la présence et le développement des plantes exotiques envahissantes (PEE) dans votre environnement vous préoccupent et que vous êtes prêt-e à vous engager dans l’identification, le contrôle et la surveillance de ces PEE : ces ateliers-pratiques sont pour vous!
Comme vous savez sans doute, les plantes exotiques envahissantes (PEE) représentent une problématique de plus en plus préoccupante sur nos territoires, que ce soit pour l’intégrité de nos écosystèmes aquatiques, humides ou riverains. Pour ne citer que quelques exemples, pensons aux impacts du Roseau commun au sein de nos milieux humides (aussi appelé Phragmyte), de l’amplitude des colonies de la Renouée du Japon, présentes en bandes riveraines et des problématiques de santé publique pouvant être engendrées par la Berce du Caucase.
Chaque atelier est d'une durée d'une journée, dont une partie sera dispensée à l'intérieur et une seconde partie en extérieur (voir le plan général des ateliers en pièce jointe).

Ateliers-pratiques pour PEE des milieux humides et riverains offerts en 2019 (Identification et détection du Roseau commun, Renouée du Japon, Berce du Caucase):

Dates d’atelier pour PEE des milieux humides et riverains (Atelier B) :
· À Saint-Raymond : mardi, 24 septembre 2019
· À Saint-Casimir : vendredi, 27 septembre 2019

L’inscription aux ateliers est obligatoire pour pouvoir y participer.
(Pour inscription, contacter Chantal Leblanc à c.leblanc@capsa-org.com ou au 418 337-1398, poste 227)
Vous pouvez vous inscrire selon vos disponibilités, à l’une ou l’autre des dates suggérées, indépendamment de votre provenance ou des secteurs que vous représentez.
Le lieu exact et l’horaire des ateliers seront acheminés uniquement aux participants inscrits.

***Pour ceux et celles qui demeurent intéressés par l’Atelier A (détection des plantes aquatiques exotiques envahissantes (PAEE), tel que le Myriophylle à épi), notez que des places sont encore disponibles pour l’atelier du 13 septembre prochain, à Saint-Raymond (pour détails et inscription, contactez Chantal Leblanc à c.leblanc@capsa-org.com
Nous espérons que vous participerez nombreux à ces ateliers-pratiques!

N.B.: La présentation de ces ateliers-pratiques est possible grâce à la contribution financière de la Fondation de la faune du Québec et de la MRC de Portneuf.


ÉTAT DE SANTÉ DES LACS DU QUÉBEC

Votre lac fait-il partie des 200 lacs affectés par un vieillissement accéléré?

Pour le savoir, cliquez sur le lien ci-dessous.
Une fois sur le site, en cliquant sur l’icône d’un lac sur la carte interactive, vous connaîtrez son état de santé c’est-à-dire son stade d'eutrophisation, qu’il soit intermédiaire, intermédiaire avancé, eutrophe, hyper-eutrophe.
Source: Le Journal de Québec, site web, 3 août 2019

Pour accéder à l'article, cliquez ici



LE NAUTISME: PLAISANCE OU DÉPLAISANCE ?

Pourquoi se préoccuper du nautisme sur notre lac?
Voici la définition du mot "nautisme" dans le petit Larousse: "Ensemble des activités sportives pratiquées sur l'eau, en particulier la navigation de plaisance".
Partout au Québec, on se pose la question, année après année, sans que rien ne bouge. Voici un court texte tiré du rapport du COMITÉ DE CONSULTATION SUR LA SÉCURITÉ NAUTIQUE ET LA QUALITÉ DE VIE SUR LES LACS ET COURS D’EAU DU QUÉBEC publié en 1999.
"La pratique des sports nautiques connaît, depuis quelques années, une recrudescence au Québec. En effet, les plaisirs du nautisme attirent de plus en plus d’adeptes et ce phénomène a eu pour effet d’accroître le nombre de bateaux sur les lacs et cours d’eau et, par le fait même, d’augmenter les problèmes reliés à la sécurité et à la qualité de vie des citoyens. En plus des noyades et des autres accidents mortels survenus sur les lacs et cours d’eau lors des dernières années, la pratique de nouveaux sports nautiques, l’apparition d’embarcations à haute vitesse et l’achalandage toujours grandissant soulèvent certaines questions."
En 2019, 20 ans plus tard, on jase toujours sans que ça bouge, notamment en raison de la compétence exclusive du fédérale sur la navigation et l'absence de volonté politique d'agir sur le problème.
Un lac est un vase clos. En l’absence de règles et de balises, de limites, de secteurs interdits, les plaisanciers sont laissés à eux-mêmes et c’est chacun pour soi. Que ce soit par ignorance ou par insouciance, les plaisanciers, dans la situation actuelle, mettent la santé du lac en jeu et mettent régulièrement leur propre sécurité et celle des autres en péril.
Personne ne songerait à laisser le réseau routier au bon plaisir des automobilistes, sans règles, ni limites pour ne se fier qu’à leur éventuelle courtoisie. Pourquoi faut-il qu’il en soit ainsi sur les lacs ?
Certains pensent qu'il faut se préoccuper du nautisme sur notre lac pour plusieurs raisons. Il faut agir pour des raisons écologiques, des raisons de santé publique, des raisons de sécurité, des raisons d’accès public, des raisons économiques et des raisons de qualité de vie.

Pour connaître les explications des différentes raisons, je vous invite à lire cet article "Plaisance ou Déplaisance, inverser le courant", 2016 d'un regroupement d'Associations de lac, de l'Estrie EN CLIQUANT SUR LA PHOTO.

Bonne lecture !



SEPTEMBRE 2019: MA BANDE RIVERAINE, J'EN PRENDS SOIN

Voilà un message que beaucoup de propriétaires du lac ont compris. En effet, conformément au règlement de la Municipalité (499-12) portant sur l’obligation de renaturaliser sa bande riveraine au lac Sept-îles, en date du 27 août 2015, 87% des propriétaires autour du lac ont obtenu leur conformité. À noter qu’en 2013, il n’y avait que 46% des riverains qui étaient conformes. Bravo à tous les riverains qui ont compris l’importance de protéger notre lac.
L’objectif du règlement est de protéger et d’améliorer la bande riveraine qui protège l’écosystème de notre lac. Une bande riveraine en santé capte le phosphore, l’azote et les polluants, réduit l’érosion occasionnée par les vagues en stabilisant la rive par l’enracinement des arbres et des arbustes, prévient l’envasement du lac, réduit les algues et les plantes aquatiques envahissantes et conserve une eau claire, froide et oxygénée, bénéfique à la faune aquatique.
Lorsque nous travaillons à renaturaliser notre bande riveraine, nous travaillons pour la santé de notre lac et pour la protection de la valeur de nos propriétés. Avis à ceux qui ne sont pas encore passé à l’action ou qui ont modifié leur bande riveraine de telle sorte qu'elle n'est plus conforme: la municipalité prévoit mettre aux amendes les contrevenants.
Aménager sa rive, c’est investir chez soi.
MA BANDE RIVERAINE, J'EN PRENDS SOIN


GUIDE DU PROPRIÉTAIRE

AVIS AUX NOUVEAUX PROPRIÉTAIRES

Au nom du comité de l’environnement de l’APLSI, je vous souhaite la bienvenue au lac Sept-Iles. Vous savez que votre association consacre beaucoup d’énergie à préserver la qualité de l’eau du lac et son environnement.
Le comité de l’environnement vous invite donc à lire le GUIDE DU PROPRIÉTAIRE.
Vous trouverez dans ce guide beaucoup d’informations pour vous aider à faire votre part et ainsi protéger notre lac.

Merci de votre engagement. Tous ensemble, on peut faire la différence.
Pierre Gourdeau, responsable du comité

Pour lire le guide,
CLIQUEZ ICI


UNE VIDEO VAUT MILLE MOTS

Voyez la vidéo « Sauvons les lacs du Québec », produite pour l’Alliance pour un programme national de gestion du myriophylle.
La vidéo est un outil de sensibilisation aux risques que pose le myriophylle. Elle s’inscrit dans la suite de la campagne pour obtenir du Gouvernement du Québec la mise en place d’une stratégie concertée au niveau provincial pour prévenir la dissémination du myriophylle dans les lacs et cours d’eau non atteints, soutenir la recherche fondamentale et expérimentale et appuyer les régions aux prises avec le problème.
L’APLSI appuie les actions de l’Alliance mais il en va de chacun de nous d’être à l’affut pour éviter l’introduction du myriophylle au lac Sept-Îles.
Partagez la vidéo !

Pour voir la video,
CLIQUEZ ICI


VOUS VOYAGEZ DE LAC EN LAC ?

Si vous voyagez d'un lac à l'autre, soyez à l'affut!
Il se pourrait que vous ayez circulé sur un lac où le Myriophylle à épi est présent. Avant de remettre votre bateau à l'eau au lac Sept-Îles, vérifiez la présence de débris végétaux sur l'embarcation et la remorque et enlevez-les.
Pour voir la liste des lacs infestés par le Myriophylle:
CLIQUEZ ICI

Pour en savoir plus, visitez le site SENTINELLE du ministère de l'Environnement et de la lutte aux changements climatiques,
CLIQUEZ LÀ


NAVIGATION DES BATEAUX WAKEBOARD ET WAKESURF

RÉSULTATS D’ÉTUDES CONCERNANT LA NAVIGATION DES BATEAUX « WAKEBOARD et WAKESURF ».

La navigation de plaisance sur les lacs du Québec est en perpétuelle augmentation. Les pratiques de navigation se diversifient (« wakesurf », « wakeboard ») et la puissance des moteurs des embarcations ne cessent de croître.
Plusieurs études se sont penchées sur ces pratiques et on en tire les conclusions suivantes.
Ces pratiques ont un impact non négligeable sur la colonne d’eau et augmenteraient la turbidité de l’eau, la concentration en phosphore total et orthophosphate, l’oxygène dissous près du fond et par conséquent, le potentiel d’oxydoréduction, et réduiraient ainsi la consolidation des sédiments. Le relargage de phosphore total et surtout d’orthophosphate peut être un facteur dans le vieillissement prématuré des lacs (eutrophisation). Cette augmentation de phosphore dans la colonne d’eau peut également favoriser le développement de cyanobactéries, un problème majeur que l’on peut observer dans de nombreux lacs québécois.
Ainsi, pour une navigation responsable et durable, il est nécessaire de prévenir l’impact des bateaux sur l’érosion des berges, sur la remise en suspension des sédiments, et donc la mise en disponibilité du phosphore dans la colonne d’eau. Il faut donc préconiser la pratique du « wakesurf /wakeboard » (avec des bateaux équipés d’un moteur de 350ch) dans des zones d’au moins 600m de largeur et d’au moins 5m de profondeur. Si une de ces conditions n’est pas respectée, il faut alors limiter/encadrer ces pratiques sportives puisqu’elles ont un impact majeur sur l’environnement.
D’autres pratiques de navigation de plaisance sont également à surveiller en préconisant des vitesses ne dépassant pas 5km/h dans les zones inférieures à 2 m de profondeur et 10 km/h dans les zones de 2 à 5 m.